Je n’ai jamais compris ce monde, et je ne m’y suis jamais vraiment sentie bien avant de vivre l’expérience de la vérité avec moi-même. Ce sentiment d’être atterrie sur une mauvaise planète, d’être une extra-terrestre ou le vilain petit canard, m’a habitée presque toute ma vie et ainsi, me suis-je prise dans des quêtes de devenir toujours mieux ou plus. 

Depuis toujours, je suis animée d’un vif désir de démystifier l’expérience humaine, afin de comprendre qui je suis, de réparer ce qui cloche en moi pour me libérer de la souffrance et vivre ENFIN en paix. 

Pendant 40 ans, j’ai haï cette Terre pour être contrainte de subir tout ce que je vivais et ressentais en moi. Je souffrais sans pouvoir comprendre pourquoi alors. Après plus de 15 ans à tenter de découvrir qui je suis, je comprends un peu mieux. En plus d’avoir certaines facultés extra-sensorielles plutôt développées, je ressens le mensonge humain. La société appelle les gens comme moi des empathes et/ou hypersensibles. Je ressens énormément de choses que le mental rationnel ne peut comprendre, ce pourquoi je me suis sentie tellement perdue et différente dans un monde de logique et de sens. J’ai beaucoup douté de moi, me rejetant à mon insu, jusqu’à ce que j’en ai marre de me voir comme celle qui n’est pas normale et que j’aie commencé à m’accueillir telle que je suis. 

Comme j’ai toujours senti la vérité de ce que vivaient les gens au-delà des apparences, j’ai voulu leur éviter de souffrir. J’aurais souhaité être Superman en version princesse, avec une robe qui brille et une baguette magique, pour leur éviter ce supplice avec un peu de poudre de perlimpinpin. J’ai pris l’univers sur mes épaules, ni plus ni moins, ayant ce sentiment très puissant et inexplicable que j’avais quelque chose à accomplir ici-bas et que jusqu’à ce que je découvre de quoi il s’agissait, je devais tenir le coup. C’est ce qui m’a donné la force de choisir la vie chaque jour dans un monde déroutant où on ment comme on respire et où les valeurs humaines et spirituelles ont été relayées au rang de l’insignifiance. 

J’ai passé ma vie à courir après une projection de moi-même qui n’existait pas avec une rigueur destructrice exigeant de moi-même ni plus ni moins que la perfection à tous niveaux. J’ai bien failli y laisser ma peau…

Après avoir pourchassé la perfection toute ma vie, c’est à l’aube de la quarantaine que j’en ai eu assez d’exister pour répondre à l’image que les gens, ainsi que mon propre esprit limité, se faisaient de moi ou de ce qu’ils auraient voulu que je sois. J’en ai eu ras-le-bol d’être bonne, gentille et d’adapter tous mes faits et gestes pour éviter de déplaire ou déranger. J’avais toujours cette impression de devoir marcher sur des oeufs. C’était invivable. 

C’est ainsi qu’une pensée, une parole et une action à la fois, j’ai visité toutes les tensions qu’il y avait dans ma vie et en moi, pour les libérer. Je me suis avouée plusieurs vérités comme j’ai cessé de fuir plusieurs mensonges sur ce que je vivais, pensais et ressentais. J’ai adressé bon nombre de non-dits, de remords ou de regrets avec le plus de douceur possible, en laissant parler mon coeur au travers la vulnérabilité, et j’ai fait cela à temps plein pendant plus d’un an. 

J’ai découvert la vie comme je ne l’avais jamais connue. La souffrance s’estompait un peu plus chaque fois que j’osais ma Vérité. Si j’en tremblais au début, j’ai fini par y prendre plaisir, car ça m’apportait une très profonde satisfaction, une joie nouvelle et une légèreté que je n’avais jamais connu auparavant. Les tensions dans mon corps ont commencé à diminuer, ma voix a changé, mon regard aussi, et que dire de mon esprit. Je redevenais moi! Mes perceptions du monde invisible ont décuplé, me faisant vivre des expériences intérieures pratiquement impossible à verbaliser. C’est l’expérience de l’autre monde, celui qu’il nous est possible de découvrir quand on cesse de vouloir être quelqu’un et qu’on apprend à vivre en honorant le cadeau de la vie en nous, au travers notre si merveilleuse unicité.

Désireuse de vivre par la vérité, toujours disposée à en découvrir de nouvelles facettes malgré les inconforts qu’elle peut causer, j’ai aujourd’hui envie de vivre la vie comme une grande aventure de découverte de moi-même, de libération et de guérison, afin d’apprendre à Être sans quête d’être et ainsi, à vivre pleinement en toute simplicité et légèreté.

Je ne prétends ni détenir la vérité ni savoir ce qui est bon pour chacun. Je souhaite simplement partager mon expérience, car je sais à quel point il peut être difficile de marcher seul la voix de la vérité. 

PARCOURS PROFESSIONNEL

J’ai entamé ma vie professionnelle à TQS, à Montréal. J’y ai occupé différents postes dont les plus connus sont régisseuse de plateau et monteuse.

En 2008, j’ai entamé une nouvelle expérience chez Astral Média en tant que coordonnatrice de postproduction. J’ai quitté mes fonctions après cinq ans suite à plusieurs épisodes de burnout. J’étais une véritable “control freak” qui exigeait d’elle-même ni plus ni moins que la perfection. J’ai fini par frapper le mur. Dans le vide le plus total, j’ai commencé à écrire, rêvant de devenir auteure.

En 2015, à titre de directrice de l’action, j’ai commencé à organiser des événements pour une jeune femme d’affaires. Elle me donnait parfois la parole pour raconter des brides de mon histoire. C’est là que je me suis rendu compte que ce que je disais avait un impact. 

Portée par le désir de m’exprimer publiquement, j’ai fait le parcours de l’académie de l’art de la conférence, lequel m’a permis de fouler plusieurs scènes et de représenter le sujet de l’estime de soi dans les médias. J’ai par la suite parallèlement oeuvré en tant que directrice artistique pour conférenciers.

Certifiée par Swissnova comme consultante du Profil Nova, j’ai eu un grand plaisir à approfondir mes connaissances des comportements humains, ainsi qu’à développer ma compassion envers l’unicité et les différences de chacun.

Passionnée d’écriture, j’ai fait aller ma plume pour différents blogues dont le mien, signant quelques articles pour le Huffington Post Québec. J’ai également créé l’Échelle Lamontagne, le bracelet de l’estime de soi et j’ai fondé la Journée Internationale de l’Estime de soi, laquelle est toujours en activité en Belgique.

En 2017, j’ai réalisé mon rêve de petite fille en publiant mon premier livre, Amour aller-retour: L’estime de soi est la clé, suivi quelques mois plus tard par Amour aller-retour: L’émergence du diamant brut.

En avril 2021, Le livre de la Vérité est paru. Cet ouvrage, que j’ai vécu et vis encore très puissamment, m’a permis de me rendre compte que la vérité est une expérience sans fin dans laquelle on se découvre un peu plus à chaque instant. Ainsi, je m’efforce aujourd’hui de sortir de cette grande quête du « devenir » pour vivre simplement la vie selon am Vérité et mon ressenti.